La NouvelleÉcosse proclamée hautlieu universitaire du Canada

first_imgUne campagne de marketing faisant la promotion des universités de renommée mondiale de la Nouvelle-Écosse a été lancée aujourd’hui 11 janvier à Halifax. La campagne présente la Nouvelle-Écosse comme le « haut-lieu universitaire du Canada » aux parents d’étudiants potentiels. « Nous transmettons un message ferme au reste du Canada, c’est-à-dire que la Nouvelle-Écosse est la destination par excellence pour l’éducation dans ce pays, a dit Bill Estabrooks, ministre des Transports et du Renouvellement de l’infrastructure, au nom du premier ministre Darrell Dexter. Nous voulons indiquer aux parents que leurs enfants trouveront une vaste gamme de programmes de qualité et une approche personnalisée envers l’apprentissage, ici en Nouvelle-Écosse. » Une foule enthousiaste d’étudiants et d’anciens étudiants des universités de la Nouvelle-Écosse était présente pour le lancement. « La concurrence est féroce pour les étudiants au Canada, et cette campagne aidera les universités néo–écossaises à se distinguer et à rappeler à nos jeunes qu’une éducation reconnue à l’échelle mondiale est disponible ici même, » a dit John Harker, recteur de l’Université Cape Breton et président du Conseil des recteurs d’université de la Nouvelle-Écosse. La campagne réunit chaque université de la province, leur donnant ainsi une voix unifiée sous l’image de marque de l’initiative « Où il fait bon vivre ». Un site Web interactif offre aux visiteurs la chance de rencontrer un professeur de chaque université et d’assister à une courte présentation au sujet de cette université. À partir du site de la campagne, les visiteurs peuvent accéder à des liens qui leur permettent d’explorer ce que chaque université a à offrir. La campagne du haut-lieu universitaire du Canada sera lancée lors d’événements spéciaux à Toronto et à Ottawa plus tard au cours du mois. « Cette campagne fait partie de l’objectif global du gouvernement d’attirer les jeunes dans la province et de les inciter à y rester. Après avoir reçu leur éducation dans l’une des excellentes universités de la province, nous invitons ces anciens étudiants à rester, à s’établir et à bâtir leur vie en Nouvelle-Écosse, » a dit M. Estabrooks. « La Nouvelle-Écosse est également reconnaissante envers ses nombreux amis et ambassadeurs à l’échelle mondiale qui sont venus en Nouvelle-Écosse pour obtenir leur éducation supérieure et qui continuent de vanter les mérites de la province, de ses gens et de leur expérience dans nos universités. » Environ 89 pour cent des diplômés néo-écossais des universités de la province restent ici pour travailler. Le pourcentage des étudiants de l’extérieur de la Nouvelle-Écosse qui restent dans la province après avoir reçu leur diplôme d’une université néo-écossaise est d’environ 21 pour cent. Les universités de renommée mondiale, le système de pointe du collège communautaire et le réseau solide de collèges privés de la province indiquent clairement que l’éducation est une priorité pour les Néo-Écossais. Ensemble, les classes de petite taille, les professeurs accessibles, les programmes établis d’éducation coopérative et les installations de recherche de classe mondiale donnent à la Nouvelle-Écosse un avantage concurrentiel. La proclamation de la province comme haut-lieu universitaire du Canada est une affirmation audacieuse à laquelle les Néo-Écossais peuvent se rallier. « L’éducation que j’ai reçue en Nouvelle-Écosse est inestimable pour moi, a dit John Rogers, ancien étudiant de l’Université Acadia et de l’Université Dalhousie. Mes professeurs connaissaient mon nom. Je sentais que je faisais partie d’une communauté. La valeur accordée à l’excellence dans mon domaine d’étude a fait naître chez moi un sentiment de fierté que j’ai conservé pendant toute ma carrière. Mon éducation a jeté les bases pour un apprentissage continu. » La Nouvelle-Écosse, une province où l’éducation est une tradition, demeure une destination de choix pour les étudiants de l’extérieur de la province et les étudiants étrangers. En 2009, plus de 16 000 étudiants de l’extérieur de la province et plus de 4 000 étudiants étrangers provenant d’une centaine de pays étaient inscrits à des programmes à l’échelle de la province.last_img read more